Mathilde de l’Ecotais

J’aime l’effervescence des villes car elle me bouscule et me fait sentir sentinelle d’un monde qui bouge hyper – trop ?- vite....

Je suis une femme artiste photographe plasticienne

J’aime l’effervescence des villes car elle me bouscule et me fait sentir sentinelle d’un monde qui bouge hyper – trop ?- vite. Je crée en réaction au monde qui m’entoure. Entre le silence et le bruit, entre l’ombre et la lumière, je me réfugie dans mon atelier pour passer à la moulinette mes émotions et mes mémoires ophtalmiques pour en faire des images singulière, bases d’une création en mouvement perpetuel . Figer un instant T reste le point de depart de toutes mes créations, la Nature est mon cocon, un terrain à peine connu qui pourtant me rassure et me ressource entre deux aventures. Souvent, comme répondant à une attirance cosmique, je pars en exploration pour donner une seconde vie aux natures mortes (le sont-elles ?). Je crois dresser la Nature mais c’est elle qui me dompte. Dans mes créations, la Terre, le Grand Tout vit pour toujours.
D’un de mes voyage dans l’extrême sud du Japon, j’ai tiré « Série Noire » des sculpto-photographies, ou les écailles de poissons claquent à la lumière ambiante comme au soleil levant en jaillissant du tirage comme des baleines dans l’océan. C’est Soulage qui me hante pendant des mois. Vais-je oser faire du noir mon sujet ? Acrobatie risquée en photographie. Les plus belles figures acrobatiques se font dans le vide et Yves Saint Laurent a raison « il n’existe pas un noir mais des noirs » Oui, j’ose. C’est mon crédo, ne jamais rester dans ma zone de confort, explorer, pousser les limites, créer sans copier.

 

De la photo d’art au design,

j’ai la volonté de remettre dans la Grande Roue des petits éléments de la vie pour égayer notre environnement. Aujourd’hui l’image est partout, j’aime quand elle est immersive : poissons, tomate, coquilles d’œuf deviennent des tableaux modernes au fond d’une piscine design, des cuisines design uniques, des salles de bains incroyables. Des videos de food art sont partie d’un bar éléctrique. Ces oeuvres d’art iront peut-être décorer un jour ces aires d’autoroutes qui me filent le blues ! Dans mon showroom parisien, les références explosent, j’expose mon éclectisme du design au film, de la deco d’intérieure à la photographie, j’aime passer d’une discipline à une autre, c’est ma force, ma signature, mon audace!
Je suis une rêveuse, obstinée et travailleuse. Mon carnet de rêve fourmille d’idées inscrites la nuit qui verront peut-être le jour. L’exposition la criEAUsphère en est issue.
Installation ©® Mathilde de l'Ecotais femme artiste culinaire